Pays:

Haiti

Présentation générale:

Poète, mais aussi chroniqueur James Noël est né en Haïti le 17 mars 1978. C’est un poème en créole « Bon nouvel » (« la Bonne nouvelle ») mis en musique par Woody Saint-Louis Jean ( 2005) qui l’a révélé au grand public bien avant la publication de son premier recueil : Poèmes à double tranchant/Seul le baiser pour muselière, préfacé par l’écrivain Frankétienne qui salue la naissance d’un vrai talent à la « maturité précoce ». L’ouvrage sera ensuite nominé pour le Grand prix des Amériques insulaires de Ouessant. La notoriété arrivera alors très rapidement pour l’enfant prodigue de la littérature haïtienne reconnu par ses pairs et salué par la critique comme une figure marquante de la poésie contemporaine d’expression française. Le numéro spécial de la revue Notre Librairie sur les littératures du sud paru en 2005 le distingue. Il figure parmi les 144 auteurs signalés par l’éditeur Seghers dans l’édition 2008 de l’Année poétique. Voyageur infatigable, James Noël participe régulièrement à des festivals et salons du livre à travers le monde et ne cesse de surprendre par l’éclectisme de son écriture et des thèmes qu’il aborde. À l’occasion du festival Etonnants Voyageurs de 2011, il propose Le Kana Sutra un bel ouvrage de poésie en vers libres qui reflète comme le souligne l’écrivaine mauricienne Ananda Devi dans sa préface, les « identités multiples » de l’homme et de l’artiste. Auteur prolifique, il collabore à de nombreuses revues notamment Casa de las Americas, il est très présent sur le site de MédiaPart et a participé à plusieurs anthologies. Secoué par le désastre qui a touché son pays après le séisme de 2010, il a voulu s’adresser à la jeunesse en publiant un album intitulé la fleur de Guernica. Il a créé en 2012 un spectacle musical et poétique avec le chanteur James Germain intitulé « James chante James ». James Noël a reçu de nombreuses distinctions. C’est un habitué des résidences d’écriture ; il a séjourné à la très emblématique villa Médicis à Rome en 2012. Il accompagne les jeunes auteurs et encourage la création en animant des ateliers d’écriture, en Haïti et en Europe. Il est à l’origine de la première structure de résidence artistique et littéraire d’Haïti Passagers des Vents. Il est aussi l’un des initiateurs de la belle revue IntranQu’illités (2012) qui met en avant la transversalité des disciplines artistiques.

Bibliographie sélective

Poésie

  • Cheval de feu. Le temps des cerises, 2014
  • Le Pyromane adolescents. Montréal : Mémoire d’encrier, 2013.
  • La migration des murs / La migrazione dei muri. Livre d’artiste conçu par Fanette Mellier. Trad. Mia Lecomte. Rome : Villa Médicis, 2012
  • Des poings chauffés à blanc. Paris : Bruno Doucey/Montréal. : Noroit, 2010
  • Quelques poèmes et des poussières. Paris : Alberine, 2009
  • Bon Nouvel. Port au Prince : Kopivit - l’Action Sociale, 2009
  • Kabon 47. Port au Prince : Kopivit - l’Action Sociale, 2009
  • Le sang visible du vitrier. Port au Prince : Farandole, 2006
  • Poèmes à double tranchant/ Seul le baiser pour muselière. Port au Prince / farandole, 2005, rééditon illustrée par Valérie Constantin. Mazères : le Chasseur abstrait 2009.

Album jeunesse

  • La fleur de Guernica (illustrations de Pascale Monnin). La Roque d’Anthron : Vents d’ailleurs, 2010.
Ouvrages collectifs
  • Nous, la multitude. Temps des Cerises, 2011
  • Le nom qui m’appelle. L’année poétique 2008, présentée par Patrice Delbourg, Jean-Luc Maxence et Florence Trocmé. Paris : Seghers, 2008.
  • DéS/ordres à mille temps : une journée haÏtienne, textes réunis par Thomas C. Spear. Montréal : Mémoire d’encrier. Paris : Présence africaine, 2007. 121-125
  • Temps mort / Tiempo muerto et la Foudre/ El relámpago : Poèmes en français avec des traductions en espagnol d’Aurelia Martinez. Revista Casa de Las Americas, 233 (2004).
  • Priye pou nou et Lonn Kwa : Symbiose poétique, dirigé par Renel Fièvre ( collectif Rankont. Juin 2002 « (35-49).

Prix et distinctions littéraires

2012-2013 : - Pensionnaire de la Villa Médicis à Rome.

2008 : - Prix Fetkann (poésie) pour Le sang visible du vitrier.

2007 :-Mention spéciale du jury, Prix de la poésie des Ecrivains Français d’Amérique pour Le sang visible du vitrier.

@La Médiathèque Caraïbe

joomla template