Le Président de l’association des écrivains de la Caraïbe

Cette quatrième édition du congrès des écrivains de la Caraïbe est riche en promesses de voyages littéraires. Elle marque également un tournant dans la vie de notre jeune association appelée à déployer davantage ses ailes afin de mieux explorer la variété des écritures caribéennes. Depuis notre première rencontre en 2008, nous avons analysé nos littératures, tenter de comprendre les interrelations et les engrais qui participent à leur fécondation tout en cherchant à percevoir les nouveaux bourgeonnements.

La pluralité linguistique qui caractérise notre bassin géographique est considérée, souvent à tort, comme un obstacle aux échanges, à la coopération. En vérité, c’est une extraordinaire richesse pour nos populations, car elle constitue un passeport intellectuel facilitant la conquête du monde. Notre association et le congrès qu’elle organise avec la région Guadeloupe en sont de belles illustrations.

Nos ouvrages, nos paroles, nos déclamations, nos expressions musicales reflètent la profondeur de nos âmes et sondent les intelligences de nos cœurs. Et cela, que nous soyons enracinés dans l’arc des caraïbes, à l’intérieur ou sur le littoral du continent américain, ou encore installés ailleurs dans le monde.

Je vous invite donc tous à poursuivre vos efforts pour continuer à lire et lire durablement. Nous devons être vigilants face à la grande illusion du « tout, tout de suite et sans effort » qui se déploie par la multiplication des écrans, des images et des raccourcis. Ecrire, lire et apprendre sont des investissements exigeants.

Que serait la destinée humaine sans livres ? Que serait la connaissance et sa transmission sans maîtres ?

À ce stade de ma vie, je peux vous faire une confidence : un manque de savoir se fait toujours remarquer et nourrit l’angoisse ; un surplus de connaissance sert toujours à assurer chaque pas, et la littérature contribue à éclairer le chemin.

Nos territoires, nos jeunes ont encore besoin de ces pédagogues de l’enthousiasme que sont les écrivains même lorsqu’ils mettent en scène les travers comportementaux des hommes. Ils nous invitent au questionnement et au doute face à la « banalité des communs ».

Nous avons encore besoin de ces inspirateurs, de ces grandes consciences humaines et littéraires qui nous accompagnent dans le formateur travail de compréhension de notre monde.

Fructueux congrès à tous !
Have a productive Congress! !
Deseamos a todos, un enriquecedor y fructuoso Congreso !
On kongré pou fwitayé !

Earl LOVELACE
Président de l'Association des écrivains de la Caraïbe

joomla template